Qigang Chen - Reflet d'un temps disparu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qigang Chen - Reflet d'un temps disparu

Message par Cocotier le Mer 1 Jan - 15:03

Bien qu'amateur impénitent de dissonances, il m'arrive d'éprouver de grands frissons à l'écoute de belles mélodies orchestrées de manière moderne. A ce titre, Debussy et Ravel sont parmi mes préférés.
Je vous propose d'écouter, non pas ces 2 maîtres, mais un compositeur chinois du nom de Qigang Chen dans Reflet d'un temps disparu. Une oeuvre concertante empreinte de nostalgie où les grands espaces dans une vision hollywoodienne alternent avec des passages chargés de mystère où les percussions dominent.
YouTube propose une version avec la soliste Yan Jiemin, vituose du Erhu, sorte de violoncelle à 2 cordes que je ne décris pas dans la mesure où il apparaît très clairement dans les vidéos qui suivent (4 parties présentées dans l'ordre).
On pense immédiatement à Ravel.









Personnellement, j'ai un CD de ce compositeur (Virgin) par Yo-Yo Ma au violoncelle (remplaçant le ehru) remarquablement servi par l'orchestre National de France dirigé par Charles Dutoit :


Voici son contenu:
1. Iris dévoilée
Suite concertante pour 3 voix de femme, 3 instruments traditionnels chinois & grand orchestre
 1   Ingenue (Ingenious) 4.20
 2   Pudique (Chaste) 3.17
 3   Libertine (Libertine) 2.46
 4   Sensible (Sensitive) 4.10
 5   Tendre (Tender) 6.29
 6   Jalouse (Jealous) 2.19
 7   Mélancolique (Melancholic) 5.06
 8   Hystérique (Hysterical) 2.01
 9   Voluptueuse (Voluptuous) 10.07
Wu Bixia & Ke Luwa sopranos
Ma Shuai voice of the Beijing Opera
Wang Nan erhu (vièle traditionnelle)
Li Jia pipa (Iuth à 4 cordes)
Chang Jing zheng (cithare à 21 cordes)
Orchestre National de France/ Muhai Tang

10. Reflet d'un temps disparu 24.31
pour violoncelle & orchestre
Yo-Yo Ma, cello
Orchestre National de France/Charles Dutoit

Wu Xing (Les cinq éléments - The five Elements)
Suite pour orchestre/ suite for orchestra
11 L'eau (Water) 2.01
12 Le bois (Wood) 1.56
13 Le feu (Fire) 2.08
14 La terre (Earth) 2.12
15 Le métal (Metal) 2.01
Orchestre National de France/Didier Benetti
avatar
Cocotier

Messages : 143
Date d'inscription : 20/08/2013
Age : 67

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qigang Chen - Reflet d'un temps disparu

Message par Mélisme le Jeu 2 Jan - 21:39

Oui, on pense carrément à Ravel! De beaux passages solistes, et quelques harmonies surprenantes malgré la tonalité. J'aime les passages en modes de jeux, les jeux de textures de cordes, les mutations harmoniques de la dernière partie. Puis l'orchestration bien sûr, où on entends Daphnis, Shéhérazade, les poèmes de Mallarmé, etc.. Dommage que le son soit si mauvais…
avatar
Mélisme

Messages : 215
Date d'inscription : 20/08/2013
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qigang Chen - Reflet d'un temps disparu

Message par Mélisme le Mer 8 Jan - 18:06

J'ai écouté à nouveau cette pièce, et je trouve qu'elle montre un beau savoir faire. Beaucoup de techniques comme je te disais, et une grande douceur j'ai trouvé par l'utilisation d'accords bas dans les partiels harmoniques (accords consonnants issus de la tonalité, puis même beaucoup de fonctions tonales). On est pas surpris que Messiaen soit passé par là non plus (qui a été son professeur à la fin de sa vie d'après ce que je peux lire), ne serait-ce que dans l'utilisation d'accords très enrichis, voir de "résonance", puis par ce côté statique "surgissant" associé qu'on perçoit souvent. Chen a surement aussi écouté Lutaslowski dans cette façon d'enchainer les textures orchestrales de manière brusque et virtuose, et d'utiliser des couleurs très variées, tout en mixant un discours très classique et des techniques actuelles. J'ai perçu des échos de Ligeti également, certains tuilages qui me rappellent atmosphères (ces trompettes qui surgissent au début notamment, ou certaines lentes métamorphoses harmoniques). D'ailleurs certaines parties orchestrales avec fourmillements de bois me rappellent furieusement comme je le disais Daphnis, mais passé par le filtre plus systématique de notre époque.

Et évidemment tout l'entrecroisement avec la musique asiatique, les gammes pentatoniques, Ravel donc (orchestration riche puis cette propension à mélanger diverses influences) … Mais cela reste très actuel malgré tout. Je reste soufflé par une telle maitrise de tant de paramètres sur la durée, tout en conservant une directionalité et un discours fluide.

Après personnellement, je préfère des choses disons moins traditionnelles, des accords plus élevés dans le spectre, plus resserrés. Des gammes moins connues, et être plus surpris de façon générale  Chez Hosokawa par exemple, et pour rester asiatique, j'aime la pureté de la ligne, où l'harmonie est souvent à l'arrière plan (souvent excessivement statique, mode demi-ton ton etc…), et où est mis en avant le dessin des voix. L'esthétique en devient comme plus "graphique", au sein d'un discours géneral profondément ancré dans le souffle.

Mais c'est là mes penchants personnels, sans raison plus "objectives" :-)

Merci pour cette belle découverte!
avatar
Mélisme

Messages : 215
Date d'inscription : 20/08/2013
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qigang Chen - Reflet d'un temps disparu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum